Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum Les cavaliers de la Grande Armée
La pratique de l'équitation en reconstitution historique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

De la lance dans la cavalerie

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum -> Les cavaliers de la Grande Armée -> La cavalerie impériale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Jeu 13 Aoû - 19:49 (2015)    Sujet du message: De la lance dans la cavalerie Répondre en citant

Dans l'ouvrage la cavalerie au temps des chevaux, de Dugué Mac Carthy, j'ai relevé trois interventions générales sur l'emploi de la lance. L'une est pour commenté le développement de la lance dans la cavalerie impériale, la seconde s'inscrit dans le débat autour de l'évolution de la doctrine équestre à la fin du 19ème siècle et l'autre sur le développement de la lance dans la cavalerie française à la veille de 14. 

L'Empire:
uncited a écrit:

Les chevau-légers polonais de la Garde s'étaient emparés des lances des uhlans autrichiens et s'en étaient servis avec succès. Aussi, en fin d'année 1809, sont-ils dotés de la lance. Ils conservent aussi leurs pistolets, leur mousqueton et naturellement leur sabre. Il fallait toute l'attention portée par les cavaliers polonais à leurs montures pour éviter les blessures résultant de ce surplus d'armement et du déséquilibre du paquetage qui en es la conséquence.
[...] Les régiments français sont vêtus de vert et coiffés du casque comme les dragons dont ils sont issus, la crinière étant remplacée par une chenille de crins noirs. Les polonais sont vêtus de leur uniforme traditionnel et coiffés du czapski, le tout de couleur bleue. Tous ces régiments sont armés, comme les lanciers de la garde, de la lance, du sabre, du mousqueton et de deux pistolets. Il en résultera un déchet épouvantable des chevaux dès leur entrée en campagne.



Je regrette de ne pas avoir trouvé de plus amples explications ou des exemples précis concernant cette phrase.

Les luttes doctrinales de la fin du 19ème siècle:
uncited a écrit:

Le 21 novembre 1888, les généraux de cavalerie étaient consultés sur l'opportunité de rétablir la subdivision d'arme des lanciers. La réponse fut "oui" à une forte majorité. Réponse surprenante puisque tous ces généraux avaient participé à la guerre de franco-allemande au cours de laquelle les lanciers s'étaient, le plus souvent, débarrassés de leurs lances et armés de carabines. Les uhlans allemands avaient, eux aussi, fréquemment abandonné leurs lances pour des carabines "chassepot" prises dans nos dépôts. Finalement, des lances furent distribuées dans quelques régiments de dragons de façon à en armer le premier rang de l'escadron formé "en bataille", les cavaliers du second rang ayant des carabines. C'était oublier que les cavaliers doivent être interchangeables. Aussi tous les cavaliers des régiments de dragons des divisions de cavalerie ont-ils été bientôt armés de la lance et de la carabine. 
La lance est incontestablement une arme terrible, d'un effet moral supérieur au sabre mais elle est très encombrante et son maniement exige une instruction plus longue que celle du sabre et d'une force musculaire appropriée. Elle peut-être dangereuse pour celui qui l'utilise et les vieux sous-officiers recommandaient à leurs hommes de ne jamais passer la dragonne de lance au poignet pour ne pas risquer de se démettre l'épaule ou d'avoir le poignet brisé, voire d'être enlevé de leur selle par la violence du choc en retour.
La réapparition de la lance, arme offensive s'il en fut, indiquait un changement d'état d'esprit. [...] 
L'aboutissement de cette évolution est le règlement de 1912. Celui-ci montre qu'en dépit des efforts de Gallifet, dans le nouveau combat des Anciens et des Modernes, ce sont bien les premiers qui l'ont emportés à l'aube du XXème siècle. Ce règlement affirme en effet que le mode principal de combat de la cavalerie est l'attaque à cheval, sabre ou lance au poing, le combat à pied n'étant envisagé que si les circonstances tactiques rendent momentanément impossible l'attaque à cheval. [...]



L'avant-guerre (14-18). Dugué Mac Carthy ne semble guère apprécier la lance et ne pas être convaincu de son utilité:
uncited a écrit:

Egalement archaïque, la lance était réapparue dans la panoplie du dragon en 1888. Un premier modèle en bambou royal du Tonkin était encore en dotation dans plusieurs régiments en 1914, mais un nouveau modèle en tube d'acier, 'une longueur de 3 mètres, l'avait remplacé à partir de 1913. Il avait été prévu d'en armer, en plus des dragons, tous les régiments de légère des divisions de cavalerie, mais, lorsque débuta la guerre, seuls quelques régiments auront perçu leurs lances. Au 9ème hussards lors des opérations de mobilisation, le colonel vit arriver les siennes et, avec bon sens, les fit réexpédier au magasin qui les avaient livrées.


_________________
Res non verba


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Aoû - 19:49 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum -> Les cavaliers de la Grande Armée -> La cavalerie impériale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.