Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum Les cavaliers de la Grande Armée
La pratique de l'équitation en reconstitution historique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

histoires de trompettes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum -> Les cavaliers de la Grande Armée -> Les trompettes de cavalerie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
trompette


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2008
Messages: 55

MessagePosté le: Ven 23 Mai - 09:37 (2008)    Sujet du message: histoires de trompettes Répondre en citant

Voici donc, avant d'entamer, un sujet plus sérieux comme l'échange de partition ou les discussions techniques, une anecdote dont vous trouverez la source en fin de texte.


Un capitaine de cavalerie, sur le point d'obtenir sa retraite, fit une singulière proposition au plus vieux trompette de son régiment.

-Mon ami, lui dit-il, je vais me retirer à la campagne ; je possède une petite maison, quelques arpents de terre et ma pension ;avec tout cela, j'espère vivre à mon aise. Si tu veux m'accompagner, nous planterons des choux et nous les mangerons ensemble.
-Si je le veux ! Je crois bien que je le veux.
-Eh bien, je vais te faire obtenir ton congé, mais j'y mets une condition.
-Laquelle?
-Tu feras à la campagne, chez moi, le même service qu'au régiment. Tu sonneras le réveil, l'appel, le pansage, l'exercie, la parade, etc.
-Capitaine, je sonnerai tout ce que vous voudrez !

Nos gens partent, arrivent et s'installent dans une modeste habitation où le capitaine était enchanté d'être son maître et de pouvoir disposer de son temps à sa fantaisie. A certaines heures, le trompette, après avoir fait résonner l'instrument guerrier, arrivait tout essouflé dans la chambre de l'officier.

-Eh bien, qu'est-ce ?
-Capitaine, le régiment monte à cheval.
-Il a raison le régiment, à sa place je ferais comme lui ; à ma place, il ferait comme moi, je me moque du régiment.

Ce brave capitaine ne disait pas précisément : Je me moque, il se servait d'une expression plus colorée, mais je n'ose pas l'employer ici.

Ces dignes offciers de cavalerie…ils jurent toujours. Nous autres fantassins, nous sommes infiniment plus réservés. Le capitaine se levait tard, quelquefois il ne se levait pas du tout. Il fumait sa pipe, regardait pousser les choux, et riait sous cape en entendant le trompette recommencer périodiquement ses harmonieux solos.

-Eh bien, qu'est-ce ?
-Mon capitaine, grande manoeuvre aujourd'hui.
-Je m'en moque.
-Temps superbe.
-Tant mieux, mon ami, je m'en moque.
-Parade.
-Bon !
-Pansage.
-Excellent.
-Inspection.
-De mieux en mieux.
-Exercice à cheval.
-Je m'y attendais.
-Et puis demain la revue du maréchal.
-A la bonne heure, parbleu, j'en étais sûr ! Et là-dessus, il partait d'un éclat de rire.
-Eh bien, tu diras que je m'en moque..Et je vais me coucher.

Source : Souvenirs d'un officier de la Grande Armée. La vie militaire sous le premier Empire du capitaine Elzéar Blaze, Librairie des Deux Empires 2002.
_________________
"Moi d'abord, je suis bon cheval de trompette, le bruit ne m'effraie point."


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 23 Mai - 09:37 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
trompette


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2008
Messages: 55

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 14:55 (2008)    Sujet du message: histoires de trompettes Répondre en citant

Une autre histoire ? Celle-ci alors, extraite des mémoires du Général Baron Thiébaut


"La Salle était le fils de Madame de La Salle, femme de l'ordonnateur de ce même nom, et de Monsieur de Conflans, ainsi qu'en riant, il en convenait lui-même. Jamais, au reste, fils ne ressembla plus à son père ; il en avait le genre d'esprit, la bonté, la vaillance, la force, les crâneries, les manières nobles et l'originalité ; il me disait même, dans ses épanchements avec moi, que le choix d'un tel père constituait une obligation plus grande que celle de la vie.

Cette Madame de La Salle, que son fils adorait, avait été magnifique et non moins remarquable par son esprit que par l'exaltation de son amour pour ce même fils. Célèbre pour ses galanteries, elle fut l'objet d'une foule d'anecdotes, au nombre desquelles j'en citerai une, dont je ne voudrais pas priver tous ceux qui aiment à se divertir.

Madame de La Salle avait pour amant un abbé fort aimable et non moins utile, et pour favori un trompette, qui sans doute avait à ses yeux certain mérite capable d'en compenser beaucoup d'autres. Un jour que le trompette, en grande tenue, se trouvait en activité de service auprès de Madame de La Salle, on entendit la voiture de l'abbé, que l'on avait de grandes raisons de conserver ; à défaut de mieux, le trompette fut caché sous le lit, sur lequel Madame de La Salle resta, prenant le prétexte d'une indisposition pour donner le change sur son désordre. Elle mit tout en œuvre pour éconduire l'abbé ou du moins pour le modérer, mais sans succès ; il se prétendait le remède à tous les maux ; bref, elle dut se résigner. Or le trompette, qui n'avait pas tant de vertu, enrageait, et lorsque, au comble de l'extase, l'abbé, mêlant le religieux au profane, se fut écrié : "La trompette du jugement dernier sonnerait qu'elle n'interromprait pas mon bonheur", le trompette, qui ne pouvait plus se contenir, se mit à sonner de toutes ses forces. On peut penser si, dans son bouleversement,le malheureux abbé ne dut pas croire que le courroux de Dieu venait de substituer le diable à l'amour."

Je recommande fortement la lecture de cet ouvrage, remarquable tant par le récit que par ce style propre aux gens d'esprit de la fin du XVIIIè siècle ayant fait leurs humanités. Lasalle faisait partie de ceux-là.
_________________
"Moi d'abord, je suis bon cheval de trompette, le bruit ne m'effraie point."


Revenir en haut
Brigadier 4H
4ème hussards

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2008
Messages: 753
Localisation: SO

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 22:38 (2008)    Sujet du message: histoires de trompettes Répondre en citant

Puisque tu as l'air d'apprécier "les gens d'esprit" du début du XIX, je te recommande particulièrement les souvenirs d'Hypolite d'Espinchal.
Émigré dans l'armée des Princes puis Gendarme d'Ordonnance, Hussards (5 et 2)pour finir aux Chasseurs avec Eugène contre les Autrichiens et Napolitains. Il restera fidèle à Louis XVIII pendant les 100 jours puis semblera avoir des regrets.
Passionnant, fourmillant d'anecdotes diverses sur la campagne d'Espagne notamment. Un grand moment de lecture dans une belle langue et les actions  menées comme une charge de cavalerie!
_________________
Il suffit d'une signature pour faire un préfet; 20 ans pour faire un Lasalle


Revenir en haut
trompette


Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2008
Messages: 55

MessagePosté le: Lun 11 Aoû - 17:31 (2008)    Sujet du message: histoires de trompettes Répondre en citant

Désolé de répondre aussi tard, j'ai un peu délaissé le site tant pour mon travail que pour la préparation de Plancenoit.

Merci du conseil. C'est un livre que j'hésitais à lire (il y en a tant !). Je le prévois comme achat de rentrée.
_________________
"Moi d'abord, je suis bon cheval de trompette, le bruit ne m'effraie point."


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:32 (2017)    Sujet du message: histoires de trompettes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum -> Les cavaliers de la Grande Armée -> Les trompettes de cavalerie Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.