Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum Les cavaliers de la Grande Armée
La pratique de l'équitation en reconstitution historique
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Relire les mémorialistes...et les textes anciens
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum -> Les cavaliers de la Grande Armée -> La cavalerie impériale
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Dim 6 Déc - 13:14 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

Comme beaucoup, je me berce de lecture de témoins de la période impériale, en donnant la priorité aux mémorialistes cavaliers. Je viens de finir les remarquables mémoires d'Hippolyte d'Espinchal.

J'ai alors fait plusieurs constats qui recoupent des lectures antérieures.

Tout d'abord, les combats de cavalerie font "assez peu" de morts et de blessés.
Nous sommes en Bavière en 1809 à Tengen.
"(Montbrun) lança le 5ème hussards à la charge sur les hussards de (...?)forts de près de 1200 chevaux; la mêlée fut des plus vives pendant quelques intants ..."
Le 5ème se replit suite à un mouvement d'un régiment de uhlans qui le déborde. Un peu plus tard dans le même combat: Une seconde charge que nous fîmes appuyer par le 11ème Chasseurs fut terrible; nos hussards se battant avec la plus grande résolution, nous parvînmes à enfoncer nos adversaires [...] Ce combat meurtrier..."
Nous avons là une description qui montre un combat que l'auteur décrit comme étant d'une rare violence. En voici le bilan pur le 5ème hussard:
"(ce combat) coûta cher aux deux partis. Notre brave colonel y fut grièvement blessé, ainsi que cinq officiers et vingt deux hussards, dont neuf restèrent sur place."

Le 5ème hussards fort de plusieurs centaines de sabres a mené deux charges, a dû se replier suite à la menace d'être tourné et a affronté plusieurs centaines d'adversaires. Et n'a déploré "que" neuf morts.
Certes n'apparaissent pas ici les pertes des autres régiments de cavaerie engagés (11ème chasseurs et 7ème hussards dans ce combat) ni les pertes infligées aux Autrichiens.
Néanmoins si l'on s'en tient au 5ème hussards, l'auteur estime bien que ce régiment fut éprouvé par ce combat.

Autre constat, l'allure des charges ne semble pas si élevée que cela. Certaines charges sont parfois menées au trot. Le chef cherchant toujours l'équilibre entre vitesse et cohésion de la troupe, ces deux facteurs étant difficiles à concilier.

Une autre remarque; il semble certain que de nombreux affrontements n'étaient pas menés à leur terme.  Un avantage lié au terrain, au moment, à la manoeuvre ou au moral de la toupe, etc., montre que bien souvent une des deux unité de cavalerie refusait le combat en attendant des circonstances plus favorables.

Aussi, j'attire votre attention sur une sémantique bien plus imagée et propre à enflammer notre imaginaire qu'utilise les auteurs. La question que je me pose est la suivante:
Comprenons nous les formules qu'ils emploient dans le sens que l'auteur leur donne ?

En voici un échantillon et je vous demande, d'après vos lectures (en citant des exemples), le sens que vous leur donnez:

"Nous avons chargé à fond"
"Nous avons été culbuté"
"L'ennemi fit bonne contenance"
"L'ennemi fit quelques démonstrations"
(vous pouvez en proposer d'autres)

Je vous donnerai le sens que j'ai fini par donner à ces formules qui proposent, je crois, plus de cohérence avec les effets et les bilans décrits ensuite par les auteurs
_________________
Res non verba


Dernière édition par DUPS le Mer 20 Jan - 13:10 (2010); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 6 Déc - 13:14 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
morelegs


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 150
Localisation: Paris
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Lun 7 Déc - 11:29 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

bonne remarque .
dans l'excellent Keegan ; http://www.chapitre.com/CHAPITRE/fr/BOOK/keegan-john/anatomie-de-la-bataill…
il est abordé le combat cavalerie contre cavalerie , comme précédemment contre infanterie et artillerie .
il en ressort que les exemples de chocs évités sont assez fréquents ,
il n'empêche que comme à Austerlitz le choc des cavaleries existe , il dure pas moins de vingt minutes .
je comprends la difficulté de tuer avec un sabre dés lors que l'on ne peut pointer du fait de la proximité mais quid de l'usage du pistolet ? ou alors dans la mélée on garde précieusement son sabre à la main ? ce qui rend le feu inadapté !
et quand les rangs restent compacts , comment atteindre l'adversaire ?


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Lun 7 Déc - 12:43 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

Citation:
il dure pas moins de vingt minutes


Je dirai, "pas PLUS de vingt minutes".
Le colonel COMBE parle dans ses mémoires d'une très longue mêlée de cavalerie qui a duré 10 minutes.

Citation:
quand les rangs restent compacts , comment atteindre l'adversaire ?

Le problème immédiat n'est pas, à mon avis, d'atteindre absolument l'adversaire. Je crois bien que c'est la désorganisation que l'on va mettre dans ses rangs qui va déterminer la retraite de l'autre. Comment expliquer autrement les retraites de l'une ou l'autre des parties dans des affrontements qui voit les deux camps ne pas subir plus de 2 ou 3 % de pertes ?
J'ai tendance à penser qu'il existe un "seuil" de désorganisation de l'unité qui va la rendre vulnérable en isolant les cavaliers qui alors deviendront des "proies" faciles pour l'adversaire. Seuil qui détermine le chef à se désengager et à rallier sa troupe.
Si notre loisir peut aider à comprendre cela, je prendrai l'exemple d'une expérience tentée lors du bicentenaire d'Eckmühl où face aux Autrichiens d'Alan Larsen, nous avons privilégié de conserver un alignement correct plutôt que la vitesse. Nous avons senti les chevaux ralentir naturellement face au rang ennemi et c'est en les maintenant avec détermination que les chevaux face à nous, moins motivés(?), se sont éparpillés. En déclenchant la charge à ce moment, lorsque l'on arrive au contat, les cavaliers d'en face prêtent le flanc voire nous tournent le dos et ont cherché à éviter le contact.
Cette expérience nécessite la plus grande prudence dans son interprétation, mais néanmoins le groupe qui nous faisait face étant connu pour sa détermination et son contact viril, permet de se faire une idée peut-être intéressante des sensations et des réactions ressenties par chevaux et cavaliers.
A Plancenoit en 2007, 8 d'entre eux avaient surclassés la trentaine de cavaliers français que nous étions en arrivant lancés et groupés dans une formation trop ouvertes. Les cavaliers les moins confirmés apeurés choisissant de rompre le contact, entraînant avec eux certains chevaux plus grégaires et laissant des intervalles dans lesquels "l'ennemi" arrivait à obtenir des surnombres ponctuels.

J'insiste sur la prudence à avoir dans l'usage de ces expériences de reconstitueurs, mais je pense qu'un certain nombre de réactions de chevaux sont tout à fait compatibles avec ce qu'elles pouvaient être alors.

Le commandant Saski décrit la charge des 40 escadrons de Nansouty et Saint-Sulpice au soir d'Eckmühl en expliquant qu'elle se fait au trot, les officiers n'étant préoccupés que par la cohésion de l'ensemble et l'alignement. Cette masse renverse alors tout sur son passage et les Autrichiens qui ne peuvent l'entamer refluent alors vers Ratisbonne.
_________________
Res non verba


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Lun 7 Déc - 14:20 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

Un extrait dont je viens de me rappeler et qui confirme la remarque de départ.
Charger à fond n'est pas lié à la vitesse comme on peut éventuellement le penser. Nous sommes à Essling et Marbot est un des aides de camp du maréchal Lannes. Voyez la définition qu'en donne Marbot dans ses mémoires:

Citation:
Le maréchal Lannes lui donna l'ordre suivant:"Allez dire au maréchal Bessières que je lui ordonne de charger à fond !" Or, vous saurez que ce dernier mot signifiant qu'on doit aller jusqu'à ce que les sabres piquent le corps des ennemis, il devient un reproche, puisqu'il semble dire que jusque là la cavalerie n'a pas agi assez vigoureusement.


Cela semble donc confirmer que les charges n'étaient pas toutes menées à fond. Et qu'un certain nombre (sûrement plus que l'on imagine) n'allaient pas "jusqu'à ce que les sabres piquent le corps des ennemis". Il peut s'agir de ce que certains ateurs appellent les démonstrations.
Pour qu'il y ait contact, peut-être fallait-il que l'ennemi fasse bonne contenance ?
_________________
Res non verba


Revenir en haut
morelegs


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 150
Localisation: Paris
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Lun 7 Déc - 15:39 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

et pourtant ... cela devait pousser derriére ? on parle d'escadrons entiers , si le premier rang peut éventuellement passer , et encore ? derriére ça devait coincer pour finir en une mélée inextriquable avec ou sans vitesse .
recemment nous nous sommes accrochés le pied avec un Autrichien , ça eût pour effet de stopper nos chevaux .


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Lun 7 Déc - 20:31 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

A quoi renvoie ta remarque ?

Un escadron ne comporte que deux rangs. Une charge ne se fait pas en masse, mais avec un échelonnement des escadrons qui est fait de manière à permettre a premier de se dégager s'il est arrêté pour permettre au suivant de relancer l'action.
_________________
Res non verba


Revenir en haut
morelegs


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 150
Localisation: Paris
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 10:00 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

ma remarque sur l'accrochage ? tout simplement qu'on a vite fait de se télescoper en arrivant de front , les chevaux ne s'évitent pas tant que ça ; obéïssant à la main , le choc peut donc être violent , épaules contre épaules et pour les cavaliers ; genoux ou tibias
je reviendrai sur les exemples de Keegan .


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 10:45 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

En fait, il y a peu de chance de se téléscoper. Le problème est que nous ne pratiquons pas convenablement le botte à botte. Si le cheval passe, c'est qu'il voit un passage pour lui (il ne calcule pas pour nos genoux)
Chaque fois que nous avons pu convenablement conserver notre alignement, les cavaliers d'en face volontairement ou pas (le plus souvent) ont vu leurs chevaux ralentir voire chercher à nous éviter. Lorsque notre adversaire a montré la même discipline, nous sommes arrivés les uns contre les autres à petite vitesse car les chevaux ont ralenti. A Eckmühl, les deux groupes de cavaliers se sont mêmes évités tout en restant groupés, les chevaux craignant la masse des autres. Problème d'autant plus probable que nous avons de petits effectifs. Si nous présentions un front de 40 ou 50 mètres, le contact s'imposerait toujours pour tout ou partie du détachement.
On n'a jamais vu un cheval se jeter à peine vitesse contre un mur Neutral . Ils ont un instinct de survie et ont bien conscience du risque d'un impact.

A ce compte là, ceux qui évitent le contact sont obligés d'ouvrir leurs rangs et de désagréger leurs formations et permettent alors aux autres de lancer leurs chevaux et de bénéficier des conditions les plus favorables dans la mêlée.
_________________
Res non verba


Revenir en haut
morelegs


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 150
Localisation: Paris
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 15:47 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

sur ce dernier point , je suis entiérement d'accord , où la mauvaise situation est de se retrouver en retraite en contact rapproché avec l'ennemi
par contre , il y a bien des exemples d'affrontements frontaux entre cavaleries ? cet exemple d'Austerlitz ? l'attaque a t-elle pu se faire autrement ? avec une tentative recherchée de biaiser d'attaquer les flancs ?


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 16:21 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

Voici ce qu'en dit le général RAPP, les Gardes à cheval et hussards russes malmènent à ce moment l'infanteire de Soult et particulièrement la division Saint-Hilaire:
"La cavalerie (russe) était au milieu de nos carrés et sabrait nos soldats. Un peu en arrière nous discernions les masses à pied et à cheval qui formaient la réserve. L'ennemi lâcha prise et accouru à ma rencontre. Quatre pièces d'artillerie arrivèrent au galop et se mirent en batterie. Je m'avançai en bon ordre..."
Si l'on s'en réfère à ce que nous avons énoncé plus haut, la cavalerie de la Garde Impériale arrive en ordre et charge une troupe qui se rallie pour lui tenir tête. Nous trouvons là une configuraton énoncée précédemment.
C'est là qu'intervient la charge des Chevalier-gardes russes, alors que la cavalerie de la Garde après avoir fait fuire ses premiers adversaires poursuit sa charge contre le régiment de la Garde Sémenovski et s'acharne sur ce régiment qui se replie en formant un bloc compact.
Les chasseurs à cheval et les mamelucks sont alors en désordre et subissent la charge des chevalier-gardes, charge fortement ralentie par le feu des carrés de Drouet devant lesquels le régiment défile. Néanmoins la cavalerie française est fortement malmenée et c'est l'arrivée dans la mêlée des grenadiers à cheval qui décide du combat.

Voici sommairement un récit de ce combat. On est donc loin de deux cavaleries s'élançant face à face tels que les artistes se sont plus à le représenter.
Je regarde si je ne vois pas d'autres choses.

Sinon, il y a probablement eu des affrontements de cavalerie se chargeant face à face, mais dans ce cas là, je doute que celles-ci aient conservées beaucoup de vitesse au moment du choc.

Citation:
 recherchée de biaiser d'attaquer les flancs

C'est bien cette démarche qui est recommandée dans tous les textes de l'époque.
_________________
Res non verba


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 17:51 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

Un autre exemple tiré des mémoires du colonel COMBE. Nous somms à Krasnoïé en 1812:
" Nos régiments après s'être formés en colonne par escadrons pour exécuter des charges successives, ne purent entamer un seul carré parce que, étant obligés d'ouvrir leurs rangs pour traverser la grand-route, ilsn'arrivaient point sur les carrés en masse assez compacte pour les enfoncer."
_________________
Res non verba


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Mer 9 Déc - 19:12 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

De Brack:
Citation:
D. D'Où dépend le succès des charges ?
R. De l'à propos.
D. L'à-propos est-il difficile à saisir ?
R. Je le répète, la science de l'à propos est le génie de la guerre !
D. Quelles sont les conditions utiles de l'à-propos ?
R. 1° De surprendre l'ennemi
2° De le prendre du fort au faible
3° De le rencontrer avec des cavaliers plus unis, et des chevaux plus frais que les siens;
4° Et de tenir avec plus d'entêtement que lui.
[...]
D. Quelles sont les meilleures charges ?
R. Celles qui prennent l'ennemi de flanc, en ce qu'elles lui font un double mal, en le démoralisant d'abord et ensuite en le renversant par la force d'impulsion qui est toute à votre avantage.

 
_________________
Res non verba


Revenir en haut
La Béquille


Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2008
Messages: 402
Localisation: 81
Masculin

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 16:19 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

Merci à tous les deux pour cet échange très intéressant ! hors

Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
morelegs


Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 150
Localisation: Paris
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 17:24 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

le mérite revient à Dups ,
mais il y a le réglement , le rationnel et l'inimaginable , je crois beaucoup à ce dernier , les têtes brûlées étaient légions , si je puis me permettre Embarassed

Deux chevaux se percutent

« Ces deux accidents, deux jours consécutifs, sont un concours de circonstances exceptionnel. Sans rapport. La perte d'une vie humaine est sans comparaison», déplore Jean-Luc Datin. L'adjoint au maire de Dragey revient, lui, sur ce qui s'est passé samedi. « Deux chevaux qui se téléscopent à l'entraînement, c'est rarissime. Ils étaient six d'une même écurie à ce moment-là. Des gens expérimentés. Pas en surnombre ».

Le choc frontal a eu lieu après un virage sur le couloir des dunes où les cavaliers ont l'habitude de travailler. Tous les jours. Toute l'année. Une piste de 2 à 3 mètres régulièrement entretenue. Assez large. Les deux chevaux en tête ont pu s'éviter. Les deux qui suivaient n'ont pas pu rectifier leur trajectoire. Ils se sont heurtés. L'allure, dans un sol profond et lourd? Le galop de chasse. La jument a dû être euthanasiée. L'autre cheval est mort dans la nuit. Un cavalier a été blessé. L'autre est indemne.


Risques du métier


Revenir en haut
DUPS
12ème chasseurs

Hors ligne

Inscrit le: 21 Mai 2008
Messages: 1 563
Localisation: NIMES
Masculin
Votre groupe de reconstitution:: 12ème chasseurs

MessagePosté le: Jeu 10 Déc - 18:20 (2009)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens Répondre en citant

Citation:
l'inimaginable , je crois beaucoup à ce dernier


Pour moi celui-ci n'est d'aucun intérêt. Déjà que "l'imaginable" dans notre loisir est déjà l'excuse à toutes les médiocrités. Alors l'inimaginable...


Citation:
les têtes brûlées étaient légions


Je ne sais pas ce qui permet d'affirmer cela. Curély explique qu'un jour il eut droit à une sévère remontrance de la part de Colbert pour l'avoir dépassé lors d'une charge. Là encore (un peu comme la vision de la "fantaisie uniformologique" des officiers), on s'imagine (il faudrait d'ailleurs bannir se verbe d'une démarche historique) que la cavalerie française était une cavalerie de Lasalle et de Murat. Or ils ne furent pas tant que cela à devenir généraux ou maréchaux d'Empire.

Pour l'incident que tu cites, il semblerait que les deux chevaux ne se soient pas vus. Cela est donc rationnel. Il y a plusieurs années, il y avait eu un mort sur la piste de galop de Saint-Germain en Laye (dans la forêt) impliquant des cavaliers de l'équipe de course de la Garde. Ils sont arrivés face à face et ne se sont pas compris. Depuis, la piste n'est autorisée que dans un sens.
Cela n'arrive pas tous les matins... Maintenant, il est sûr qu'en mettant des centaines de chevaux sur un espace comme un terrain de foot et en sens opposé. Je oute cependant que la vitesse soit très élevée.
_________________
Res non verba


Dernière édition par DUPS le Jeu 10 Déc - 19:56 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:33 (2017)    Sujet du message: Relire les mémorialistes...et les textes anciens

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les cavaliers de la Grande Armée Index du Forum -> Les cavaliers de la Grande Armée -> La cavalerie impériale Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

Sauter vers:  


Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Chronicles phpBB2 theme by Jakob Persson (http://www.eddingschronicles.com). Stone textures by Patty Herford.